Equipe de France Militaire de Ski
Vous êtes ici : Accueil » Actualité » Sprint Hommes à Ostersund - podium français

Sprint Hommes à Ostersund - podium français

D 1er décembre 2012    


Deux tirs (le premier couché et le dernier en position debout) et quatre boucles de 2,5 kilomètres chacune, pour ce premier sprint hommes de biathlon à Ostersund. D’autant que le sergent Martin FOURCADE détient le maillot de leader.
Belle victoire du canadien Jean-Philippe LEGUELLEC qui avec un tir parfait a bien tenté sa chance et a réussi.
C’est Alexis BOEUF qui effectue la meilleure performance tricolore avec une seule pénalité. Avec 22 secondes de retard au premier tir, il termine à une très belle deuxième place avec seulement 19 secondes de retard au ski sur Emil SVENDSEN.
Et c’est l’autrichien Christoph SUMANN qui complète le podium.

Son compatriote Simon EDER, parti dans les premiers, avec un tir parfait a longtemps tenu la tête de la course dans le même temps exactement que le norvégien Emil SVENDSEN qui malgré trois pénalités effectue le meilleur temps en ski.

Si le premier tir ne permet pas de départager les coureurs, le tir debout bouleverse de manière irréfutable le classement. Comme pour le suédois Bergman qui avait remporté le sprint l’année dernière et qui s’incline malgré un sans faute au tir couché, mais un mauvais tir debout et cinq tours de pénalités. Contre performance lié certainement au vent qui se lève durant la course et qui pousse vers la gauche.

Le sergent FOURCADE manque deux cibles dès le premier tir, perdant du même coup tout espoir de victoire aujourd’hui. Mais l’enjeu est ailleurs, notamment avec la poursuite de demain qui dépend du résultat d’aujourd’hui, et c’est la raison pour laquelle, le deuxième tir est mieux avec une seule pénalité et le retard accusé par notre pyrénéen n’excédera pas 40s par rapport au premier. Il finit à la 10e position.

Jean-Guillaume BEATRIX finit à la 49e position.

Le chasseur Simon DESTHIEUX pour son premier sprint effectue un tir couché parfait n’accusant que 19 secondes de retard après la mi-parcours. Mais son ski est moins performant et il accuse après 5kms, plus d’une minute de retard.
Avec deux tours de pénalités au tir debout, il se classe à la 52e position et se qualifie du coup pour la poursuite.

Le sergent Vincent JAY qui accuse déjà 19 secondes de retard au tir couché, perd du temps en ratant sa dernière cible. Mais avec trois pénalités au tir debout, il perd tout espoir et finit à la 68e position et ne peut se qualifier pour la poursuite de demain.

Rechercher